Rechercher

Si on commençait par faire connaissance...



Allez, c'est parti pour une petite présentation ! Je ne vous cache pas que faire court, c'est pas du tout mon truc, j'espère que vous aimez la lecture ! Je suis ce que les gens appellent une médium. Mais j'aimerais aller plus loin dans cette définition parce que je ne suis pas d'accord avec tout le monde sur le sujet.


Premier point, j'ai une forte capacité intuitive sur les événements, qu'ils soient passés, présents ou futurs. Mais sur cette capacité appelée communément « voyance », j’ai un discours qui change un peu de la majorité.


Concernant l'intuition, je la pense double. Enormément de personnes se revendiquant médiums et voyants pensent que l'intuition vient de guides spirituels. Moi pas. Je reconnais qu'elle est parfois totalement irrationnelle, quand on a aucun indice, aucune information pour deviner ce qui va se passer et qu'on tombe juste sur des sujets pas évidents à entrevoir, bien sûr. Et puis parfois, elle semble issue d'une intelligence à double vitesse. Ce point est d’ailleurs prouvé par la science. Face à certaines personnes - même inconnues - et dans certains contextes, nous avons en nous tous les indices pour savoir - en un temps éclair - ce qu'il va se passer. En bons mentalistes, en bons profilers.


Pour moi, un bon médium voyant, c’est-à-dire qui a du résultat, serait quelqu’un qui allierait à merveille ces 2 facettes de l’intuition, celle qui parait rationnelle et celle qui ne le parait pas. Je dis « serait/parait » car vous allez apprendre que je suis toujours dans la prise de recul et que je considère que « croire » n'est absolument pas « savoir ».


Concernant mes prises de recul sur ma capacité, lorsque j'ai des rêves prémonitoires, des intuitions ou l'impression qu'un défunt me parle, je le note dans les moindres détails. Et j'y reviens plus tard pour voir si je m'étais trompée ou pas, si cela pouvait être le produit de mon mental, d’un biais cognitif, ou d’autre chose.


Autre point, je crois à la vie après la mort.


Je pratique l’urbex. Il s’agit de l'exploration de lieux construits par l'homme et abandonnés par lui. Ces lieux sont des terrains absolument géniaux pour les enquêtes paranormales. Lorsque je réalise ces enquêtes, j'accepte toutes les preuves que je recueille, qu'elles soient validantes ou invalidantes. La plupart des gens ayant des croyances cherchent d'abord à valider ce qu'ils croient - ce qu’on appelle le biais de confirmation - alors que ça n'est pas absolument comme ça qu'on mène une expérience. Il faut accepter d’être confronté à tous types de résultats. Je mène donc ces enquêtes dites paranormales, à la fois avec légèreté et sérieux, en acceptant toutes les conclusions qui s’imposeront à moi. Y compris si elles ne vont pas dans le sens de ce que je crois.


C’est le moment où on aborde mon côté rentre-dedans. Je suis connue pour lutter farouchement contre les dérives spirituelles et sectaires. Et elles sont malheureusement de plus en plus nombreuses. Elles étaient déjà présentes avant la crise du Covid. Et cette crise – comme toute autre dans l’histoire du monde - leur a permis de prospérer dangereusement, profitant de l’anxiété générale. Elles touchent la sphère ésotérique, mais aussi celle du coaching, du développement personnel, du bien-être, et même certains psychologues...


Sur les réseaux sociaux et ailleurs, à force de faire de certaines pensées des lieux communs, elles deviennent malheureusement mainstream – c’est-à-dire le courant dominant – y compris auprès de gens ignorants totalement que ce dont ils sont persuadés vient de dérives dangereuses et de bullshit intégral. Juste parce que ça fait beau sur le papier. Ainsi, sur mes réseaux, vous me verrez souvent prévenir, débunker, démonter ce qui me semble dangereux.


Je me tiens à distance de la sphère ésotérique et spirituelle, à part de quelques collègues qui m'ont convaincue. Parce que je ne comprends pas ses nombreuses dérives et ses amalgames.


Parmi ses dérives, il y aurait long à dire, et nous en reparlerons plus tard. Aujourd’hui, je m’arrêterai au plus simple pour cette présentation : non, vous ne maîtrisez pas tous les éléments de votre vie comme on veut vous le faire croire. Il y a ce que nous maitrisons et ce que nous subissons. Je n’ai pas la prétention, comme trop de confrères, de prétendre pouvoir vous aider sur l’impossible. Je vous apporte mon aide seulement sur le possible.


Parmi les amalgames, quand on a l’étiquette de médium, on vous prend souvent pour sorcière, astrologue, thérapeute, magnétiseuse, antivax, et j'en passe. Mais… quel rapport ? Aucun. Ce n’est pas parce que certains cumulent les étiquettes que c’est le cas de tout le monde. La mode fait croire aux gens que si vous avez une croyance, vous les avez toutes. Qu'elles appartiennent ou non à votre culture. Qu'elles soient douces ou dangereuses. Non, je n'ai que ma capacité intuitive à mettre à votre service. Je n'ai que mes enquêtes à vous raconter.


Je respecte les croyances d’autrui quand elles ne font pas de mal, mais cela ne signifie pas pour autant que j’y adhère. Parce qu’encore une fois, la majorité des croyances vous persuadent - dans la contradiction la plus totale - que vous êtes à tour de rôle le jouet d’une instance supérieure invisible, tour à tour responsables de vos pires maux, même d'une agression ou d'une maladie. Et ça, mon caractère rebelle et réfléchi ne peut même pas l’envisager. Sortir des jupes de ses parents pour aller dans celles du mysticisme irraisonné, c’est tout, sauf un service à vous rendre...


Je vais m’arrêter là pour cette présentation. J'aurais un million de choses à vous dire, mais ça viendra dans d'autres articles, podcasts et j'en passe... Alors à très vite pour la suite de cette discussion.

8 vues0 commentaire